DERVAUX (P.)

DERVAUX (P.)
DERVAUX (P.)

Pierre DERVAUX 1917-1992

Un des maillons essentiels de l’école de direction d’orchestre française, Pierre Dervaux fut l’un des derniers à maintenir ce profil du chef sûr et efficace, capable de monter n’importe quel programme dans des délais souvent très réduits sans que la qualité s’en ressente. Il était aussi un fervent défenseur de la musique française, même si son répertoire bousculait les frontières et les époques.

Son père jouait du trombone aux Concerts Colonne. Il naît à Juvisy-sur-Orge, le 3 janvier 1917, et reçoit une formation de pianiste au Conservatoire de Paris où il est l’élève d’Isidore Philipp, d’Armand Ferté et d’Yves Nat. Il travaille également la percussion et l’écriture avec Jean et Noël Gallon et Marcel Samuel-Rousseau. Il fait ses débuts d’instrumentiste comme timbalier aux Concerts Pasdeloup en 1934 et commence à diriger après la guerre. Entre 1945 et 1953, il est chef permanent à l’Opéra-Comique, entre 1949 et 1955, vice-président des Concerts Pasdeloup, entre 1956 et 1970, premier chef à l’Opéra de Paris et, entre 1958 et sa mort, président-chef d’orchestre des Concerts Colonne. Il restera fidèle tout au long de sa carrière à l’esprit associatif des grands orchestres parisiens qu’il a dirigés et fera d’ailleurs l’essentiel de sa carrière en France. Entre 1968 et 1971, il est à la tête de l’Orchestre symphonique du Québec, puis directeur musical de l’Orchestre philharmonique des Pays de la Loire (1971-1978) et de l’Orchestre philharmonique de Nice (1979-1982). Il mène aussi une carrière internationale, d’U.R.S.S. aux États-Unis et au Japon. Parallèlement, il se consacre à la direction d’orchestre, à l’École normale de musique de Paris (1964-1986), au Conservatoire de Montréal (1965-1972) et à l’Académie internationale d’été de Nice (1971-1982), où il forme toute une génération de chefs d’orchestre français et étrangers (Jean-Claude Casadesus, Sylvain Cambreling, Gabriel Chmura, Antoni Wit, Alain Pâris, Georges Aperghis, Jean-Claude Bernède...). Il cesse progressivement de diriger à partir du milieu des années 1980 et meurt à Marseille, le 20 février 1992.

Si l’efficacité n’avait pas une connotation péjorative en matière artistique, on retiendrait d’abord cette qualité chez Pierre Dervaux. Il avait un geste d’une étonnante précision, rigoureux mais capable d’une certaine sensibilité. Sa pratique de la percussion lui avait donné un sens immuable du rythme qui procure une aisance particulière aux instrumentistes, et sa rigueur s’accompagnait d’une grande souplesse lorsqu’il dirigeait l’opéra: aucun répertoire ne lui a échappé, de Purcell à Poulenc, dont il a été l’un des premiers à conduire les Dialogues des carmélites en France. Il a créé de nombreuses œuvres modernes, notamment la Symphonie chorégraphique (1965) d’Emmanuel Bondeville et la Symphonie du tiers monde (1968) d’Henri Tomasi. Mais son domaine de prédilection restait la musique française, davantage celle de Ravel, Schmitt, d’Indy ou Roussel que celle de Fauré ou Debussy, qui s’adaptait moins bien à la pudeur de l’être hypersensible qu’il était. Ses interprétations extériorisaient rarement ses réactions personnelles; on y trouve un sens profond de la transparence et de la couleur et, à ce titre, elles sont considérées comme des modèles d’équilibre. Pierre Dervaux avait également composé: il a laissé deux symphonies (l’une pour grand orchestre et l’autre pour cordes), un Divertissement burlesque pour orchestre, un quatuor à cordes, un trio, des concertos pour piano et pour violoncelle et des mélodies.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Dervaux — Nom surtout porté dans le département du Nord, ainsi que dans les Vosges. Variantes : Derveau, Derveaux, Derveeuw, Derviaux, Dervieau. Peut désigner celui qui est originaire de Reveau, localité à Chapelle à Oie (Hainaut) ou d un lieu dit (le)… …   Noms de famille

  • Dervaux — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Dervaux Pierre Dervaux (1917 1992) chef d orchestre français Adolphe Dervaux (1871 1945) architecte français Catégories : HomonymieHomonymie de patronyme …   Wikipédia en Français

  • Pierre Dervaux — (* 3. Januar 1917 in Juvisy sur Orge; † 20. Februar 1992 in Marseille) war ein französischer Dirigent, Komponist und Musikpädagoge. Leben Er studierte Kontrapunkt und Harmonik bei Marcel Samuel Rousseau, Jean Gallon und Noël Gallon sowie Klavier… …   Deutsch Wikipedia

  • Adolphe Dervaux — Pour les articles homonymes, voir Dervaux. un candélabre Dervaux Adolphe Dervaux (Paris 1871 1945) est un architecte français. Il a laissé son nom à un …   Wikipédia en Français

  • Pierre Dervaux — Pour les articles homonymes, voir Dervaux. Tombe au Père Lachaise Pierre Dervaux est un chef d orchestre français, né le 3 janvier 1917 à …   Wikipédia en Français

  • Pierre Dervaux — (born January 03, 1917 in Juvisy sur Orge, France; died February 20, 1992 in Marseilles, France) was a French operatic conductor, composer, and pedagogue. At the Conservatoire de Paris, he studied counterpoint and harmony with Marcel Samuel… …   Wikipedia

  • Gérard Serkoyan — Naissance 14 juillet 1922 Istanbul  Turquie Décès 8 février 2004 La Cadière d Azur …   Wikipédia en Français

  • Christiane Castelli — Naissance 19 août 1922 Paris  France Décès 2 décembre 1989 Bordeaux …   Wikipédia en Français

  • Étienne Minvielle — Pour les articles homonymes, voir Minvielle. Étienne Minvielle, né le 5 novembre 1961, est un médecin de santé publique et chercheur en gestion français du CNRS qui a travaillé sur la qualité et la gestion personnalisée de la prise en… …   Wikipédia en Français

  • Amenagement des stations du metro de Paris — Aménagement des stations du métro de Paris Notre Dame des Champs, station décorée selon la charte graphique de l ancienne compagnie Nord Sud. Le métro de Paris comporte 300 stations et 384 points d arrêts, en 2008. Chacune de ces …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”